dimanche 3 avril 2016

Ebbot Lundberg & The Indigo Children : « For the ages to come »



Personnage légendaire s'il en est, Ebbot Lundberg, leader d'Union Carbide Production dans les 80s puis de The Soundtrack of our lives lors de la décennie suivante, est de retour. Ce disque marque un retour vers des sonorités rock après deux premiers albums solos expérimentaux. En compagnie de The Indigo Children, jeune combo suédois, comme lui, d'obédience garage, le vieux maître retrouve une nouvelle jeunesse. Dans ses meilleurs moments, le disque s'impose comme un classique immédiat, une perle oubliée des sixties, portée par des mélodies d'une ligne claire imparable, richement arrangée à grands renforts de cordes, vents et même sitar, picorant à la fois aux sources folk et psychédéliques (« In subliminal clouds », « Drowning in a wishing well ») ; « Backdrop people » draguant du coin de l’œil le rock n'roll garage et assurant le quota électrique du disque. Conscient de sa posture tutélaire Ebbot se retourne vers sa propre histoire et sa discothèque trouvant en « Don't blow your mind » (Alice Cooper) et « Calling for heaven » (« Cerca de las estrellas » des espagnols Los Pekenikes) la matière pour deux chouettes reprises, les guitares en avant et les potentiomètres dans le rouge. Le disque trouve ainsi son équilibre entre psychédélisme béat et adrénaline électrique. Renouant avec la durée d'un ancien vinyle, 42 minutes, Ebbot Lundberg et ses nouveaux compagnons de jeu nous livrent un album remarquable intemporel plutôt que revivaliste.


Aucun commentaire: