jeudi 11 avril 2024

Nadine Khouri : "The Night Will Keep Us Warm"

 


Deux semaines tout pile avant de fouler la scène de l'Archipel, Nadine Khouri nous gratifie d'une chanson inédite. Comme à son habitude, la chanteuse nous envoûte de sa voix suave et de sa guitare aventureuse. Si on ignore encore si la nuit à venir nous gardera au chaud, la chanson en tout cas fait d'ores et déjà chaud au coeur. 

https://nadinekhouri.com/

https://www.facebook.com/nadinekhourimusic


The Reed Conservation Society + Natacha Tertone + Corde, Petit Bain, 10 avril 2024.

Quelques semaines après avoir sorti un premier album, chanté en entier dans la langue de Molière, The Reed Conservation Society continue sa révolution copernicienne en se présentant pour la première fois en quatuor, avec une vraie section rythmique, basse (Cédric) et batterie (Nicolas). Un changement loin d’être anodin et qui bouleverse la donne d’un groupe qui jusqu’à présent nous avait séduit par son atmosphère folk psyché délicate et ouatée. Un feeling qu’ils ont su garder intact sur certains morceaux (« Aux Rochers Rouges ») alors que d’autres (« Astronomy Divine ») ressortent transfigurés par ce véritable coup de fouet en forme de cure de jouvence. Cet aspect rock est hautement appréciable et la coda discoïde, le pied au plancher, du « Mont de piété » (en duo avec Natacha Tertone) restera longtemps dans la mémoire collective. Pour le reste Stéphane (guitare et voix) et Mathieu (guitare et trompette) font montre de leur virtuosité habituelle, entre arpèges délicats et trompette dégainée à l’occasion, chassant sur des terre mexicaines fantasmées. Un set de très haute tenue par un groupe en perpétuel mouvement.

https://www.facebook.com/TRCSfrenchband/


La scène du Petit Bain a été par la suite le lieu d’un petit événement, la renaissance scénique de Natacha Tertone pour son premier passage parisien depuis l’an 2000, année de la sortie de son premier, et pour le moment unique, album qui vient tout juste d’être réédité en digital, procédé balbutiant en 2000. Contrairement à l’époque, le groupe, autrefois un trio, se présente dorénavant en duo avec le batteur multi-instrumentiste Bruno Mathieu, l’unique rescapé de l’aventure. Une économie de moyens dopée par une instrumentation diverse, et parfois bricolée, flûte, glockenspiel, boite à musique et claviers divers. Les qualités vocales de Natacha sont intactes et transportent l’auditeur dans son univers entre candeur et brusques accès de fièvre électrique. Si le concert ne fut pas avare de bons moments (notre préféré restera ce rappel au débotté en allemand, joué en toute simplicité) on sent le projet encore en rodage, il ne s’agît après tout que de leur troisième concert après 24 ans de pause. Espérons pouvoir les retrouver, plus aguerris, très prochainement. Les occasions ne devraient pas manquer, un nouvel album étant annoncé pour l’an prochain.

https://www.facebook.com/NatachaTertone/


Avouons-le nous n’avions jamais écouté le trio lillois Corde avant ce soir, et la description qui nous en avait été faîte, évoquant à la fois le folk instrumental et le post-rock, nous laissait pour le moins perplexe. Aussi antinomique que puisse paraître la chose, c’est pourtant bien de cela qu’il s’agît, Corde symbolisant la rencontre de l’acoustique (le violon) et des claviers et autres boucles électro sur tempo flirtant avec un bpm techno. Accompagné d’un flot incessant d’images projetées sur le mur du fond, nous sommes proches d’un ciné-concert, le trio propose un véritable voyage, d’ailleurs le groupe utilise autant le mot « histoires » que « morceaux » pour décrire sa musique, en terra incognita musicale ; dans lequel on croit déceler quelques inspirations celtiques (le violon). Climats et atmosphères alternent du plus doux et éthéré, à de brusques accélérations dues à la batterie et à la basse électrique. Une proposition musicale ambitieuse, forte et très dense, qui nécessite du temps et une écoute répétée, au calme et posée, pour être pleinement digérée et appréciée. Rares sont les groupes à projeter une telle ambition, utilisant un instrument lead, le violon, assez inusité dans le post-rock, nous la saluons et l’apprécions à sa juste mesure.

https://www.facebook.com/cordemusique



mardi 9 avril 2024

Parlor Snakes : « Cut Shadows »

 


« C’est la vie des groupes » ont coutume de dire les musiciens confrontés aux changements incessants de line-up. Depuis 2011, année de sortie de leur premier album, la route a été longue pour les Parlor Snakes, le groupe n’a pas échappé à la règle et a changé de section rythmique à chaque nouveau disque avant de finalement se résoudre à admettre, lors de l’enregistrement de leur album précédent, qu’intrinsèquement le groupe se résumait au duo Eugénie Alquezar (clavier, chant) et Peter Kryznowek (guitare) qui ont à eux deux signés la totalité du corpus du groupe. Une prise de conscience qui a grandement fait évoluer la proposition musicale du duo, l’éloignant, dans la forme seulement, du rock fiévreux et reptilien des débuts, pour ouvrir la porte aux boîtes à rythmes (sur trois titres), laisser le champ libre aux synthés d’Eugénie, beaucoup plus présents qu’à l’accoutumée, et, enfin, pousser Peter le guitariste à jouer de la basse, un instrument dont il n’avait pas l’usage jusqu’alors. Dès les premières notes de ce quatrième effort (cf. « To begin again » au titre prophétique), le groupe hypnotise à grandes lampées synthétiques (« Voices » ; « Eyes on the machine » à la coda tourneboulante), contrecarrées par une guitare toujours électrisante (« City Burns »), lorgnant, sans nostalgie aucune, vers la cold wave des années 80. Dans ce nouveau contexte, la voix d’Eugénie dévoile des ressources, haut perchées dans les aigus notamment, qu’on lui ignorait totalement. Un album envoûtant finalement beaucoup plus mélancolique (« 100 miles from the shore ») que réellement froid ou dark et, quoiqu'il en soit, une sublime réussite.

Sortie le 19 avril.

Showcase le 16 avril (Balades Sonores) et en concert le 13 juin (Petit Bain).

https://www.parlorsnakes.com/

https://www.facebook.com/parlorsnakes/





lundi 8 avril 2024

Rosaway : « Girl(s) »

 


Déjà repéré avec un premier EP en 2020, le duo atypique composé de Rachel Ombredane (voix et flûte) et Stéphane Avellaneda (batterie) est de retour, avec un premier album en bonne et due forme. En choisissant un motif boule à facettes pour orner son disque physique, le duo donne une indication certaine sur ses intentions. Festif et enjoué, ensoleillé, une manière de contrebalancer la profondeur du propos, l’album, conçu comme un hommage à la gent féminine, remet au goût du jour une période mésestimée, et régulièrement oubliée des amateurs de soul : les années 1980. S’il est majoritairement question de groove disco, funk et électro (« Simplement moi » ; « Corinna »), l’album explore également une facette jazzy (« Blue Skies ») alors que le chant de Rachel ancre définitivement la chose dans la soul. A noter enfin deux curiosités : une reprise méconnaissable de « Saint James Infirmary », un clin d’œil de Stéphane à son passé sur la scène blues (qui ne manquera probablement pas de faire bondir les puristes) et le français qui fait une apparition impromptue (mais appréciable) sur trois titres : « Simplement moi », « Blue Skies » et « Midnight ». Voici en tout cas le disque idéal pour groover sur la plage au soleil, l’album de l’été est en avance.

https://www.rosaway.com/

https://www.facebook.com/ROSAWAYmusic/





dimanche 7 avril 2024

Michelle David & The True Tones : « Brothers & Sisters »

 


Une forme de nostalgie nous serre le coeur à l’écoute du nouvel album de la chanteuse étasunienne, exilée de longue date aux Pays-Bas. Un groove dévastateur au charme suranné irrésistible, alimenté avec force percussions, un grain de voix puissant, n’hésitant pas à crier à l’occasion et, pour finir quelques coup de cuivres bien sentis, comme autant d’uppercuts dans les oreilles, les points de comparaison avec la regrettée Sharon Jones (décédée en 2016, il y a déjà huit ans !) abondent. Orphelins nostalgiques de la chanteuse, voici de quoi vous sustenter ! Accompagné de son groupe hollandais, devenu The True Tones après avoir débuté sous le nom de Gospel Sessions (un nouveau patronyme qui dans le fond ne change pas grand-chose à l’affaire) la chanteuse scintille de mille feux avec ce nouvel effort. Mais au-delà de la comparaison flatteuse avec Sharon Jones, Michelle David exprime une personnalité différente de son modèle qui lui est propre, dans un registre allant du blues (« More Grace » ; « Peace ») à la pop girl group (« Miracles ») aux accents plutôt ancrés dans les années fin 1950, début 1960. En dehors du groove emportant tout sur son passage, les ballades doucereuses et mélancoliques (plutôt regroupées en fin de programme) sont l’autre genre nourricier de ce nouvel album à la production aussi méticuleuse et réussie que celles du label Daptone. Une réussite !

En concert au Cabaret Sauvage le 11 juin 2024.

https://michelledavidandthetruetones.com/

https://www.facebook.com/michelledavidandthetruetones/





jeudi 4 avril 2024

Nadine Khouri en concert le 25 avril à l'Archipel


La sublime folk aérienne de la chanteuse libanaise Nadine Khouri sera à savourer sur la scène de l'Archipel le 25 avril prochain.

 RESERVATIONS

https://nadinekhouri.com/

https://www.facebook.com/nadinekhourimusic




Natacha Tertone : « Le grand déballage » (2000)

 


Et dire que l’album débute par ce titre, involontairement prémonitoire, intitulé « Les occasions manquées » ! Sorti en 2000, ce premier, et pour l’instant unique, album a valu à la Lilloise quelques honneurs, des passages aux festivals des Inrocks, Chorus 92 ou Dour, et des chroniques élogieuses. Et puis plus rien. Tensions artistiques avec les membres de son groupe, son label B pourquoi B parti en carafe, Natacha a progressivement abandonné la musique, laissant en plan un deuxième album inachevé. Et puis, vint la renaissance artistique inattendue. Cette année 2024, on l’a écouté chanter avec ses amis de The Reed Conservation Society, avant de retrouver la scène le temps d’une tournée et la sortie annoncée d’un nouveau disque pour l’année prochaine.

En attendant nous pouvons nous délecter de la réédition de ce fameux premier album dont l’écoute nous plonge dans un entre-deux étrange. Tout d’abord parce que quelques indices indiquent le passage du temps (cf. « Les cartes postales à deux francs ») sans pour autant que l’album ne subissent l’outrage de ce dernier. Le fait est que la proposition musicale de Natacha Tertone est suffisamment singulière, forte en personnalité, pour ne rentrer dans aucune case et éviter tout vieillissement prématuré. La question se pose au fur et à mesure que l’auditeur progresse dans sa (re)découverte de l’album. Qu’est-on en train d’écouter au juste ? De la chanson française ? De la pop indie et lo-fi (« C’est ») cédant parfois aux accents rock bruitistes de guitares déchaînées (« Déjà le temps) ? Un peu tout en même temps en fait, et, mis bout à bout, un univers singulier, un labyrinthe musical dans lequel il fait bon se perdre, se met en place devant nos oreilles ébahies. Avec une constante, cette mélancolie prémonitoire qui prend à la gorge (« Tous ces moments ») et qui, 24 ans après, n’a rien perdu de son acuité. Et puisqu’on en est aux vœux pieux, souhaitons à Rachel des Bois de ressortir des limbes à son tour…

En concert le 10 avril au Petit Bain (première partie de The Reed Conservation Society)

https://www.facebook.com/NatachaTertone/






mardi 2 avril 2024

Hoboken Division : « Psycholove »

 


Sept ans après la sortie de leur dernier album, Hoboken Division est de retour avec un nouvel album tourneboulant au possible et une formule considérablement renouvelée. Élargissant leur horizon le trio ne fait plus du blues une obsession au sens strict même si ce dernier à laissé une trace sur "Twice as Sharp". Ayant plongé avec délice dans le monde merveilleux des pédales d’effets et autres claviers, le guitariste Matthieu Cazanave s’en donne à cœur joie réveillant au passage quelques fantômes, ceux du Velvet Underground, de Jesus and Mary Chain ou des Stooges. A ces influences fortes en décibels, le groupe ajoute une note psychédélique de bon aloi (« Psycholove ») ou un orgue assez dark (« Legion ») qui vrille le cerveau et les oreilles de l’auditeur. Jouant avec brio de la répétition hypnotique (« Never stand still » ; « Fool Moon ») sous la houlette du batteur Thibault Czmil, l’album prend à la gorge. Le chant habité de Marie Rieffy (en français à la Jacqueline Taïeb sur « Jackie ») ajoute la dernière couche, celle, fatale, qui fait succomber. L’auditeur exsangue n’a alors plus d’autre choix si ce n’est de s’abandonner à ces compositions obsédantes. Signalons enfin la sublime pochette (comme d’habitude) signée Jean-Luc Navette qui a pour l’occasion abandonné son noir et blanc habituel pour une touche de rouge incarnant à merveille l’incandescence de ce nouvel effort vénéneux.

En concert le 12 mai à La Boule Noire.

https://www.facebook.com/hobokendivision/

http://www.hobokendivision.com/








lundi 1 avril 2024

Sunn O))) Le 6 avril à l'Elysée-Montmartre


 

Le duo de guitaristes Stephen O'Malley et Greg Anderson se produira en version minimale sur le scène de l'Elysée-Montmartre samedi prochain. Grand voyage immersif dans le son en perspective...

Billetterie

vendredi 29 mars 2024

Térez Montcalm : « Step Out »

 


Qualifiée de « plus rock des chanteuses de jazz », qualification qu’elle réfute, Térez Montcalm est, avant toute chose, une remarquable chanteuse à la voix fêlée et rocailleuse, dans un registre proche de Janis Joplin, un aspect hélas un peu trop forcé sur ce nouvel album, tant son timbre unique ne laisse pas indifférent, dans un sens ou dans l’autre. Se considérant elle-même avant tout comme une interprète (ce qui ne l’empêche pas de signer quelques titres de sa plume), la chanteuse, éclectique à l’aise aussi bien dans le jazz, la soul que le rock, brille naturellement dans le domaine de la reprise. Et c’est précisément dans cet exercice de la reprise que s’inscrit l’identité québecoise de la chanteuse. Le Québec ce territoire francophone isolé en Amérique du Nord, situé au confluent de plusieurs cultures, où le français et l’anglais s’amalgament. Exactement ce que l’on retrouve sur le nouveau disque de la chanteuse que l’on voit s’attaquer aussi bien aux caciques de la chanson française, « J’attendrai » de Claude François (qui n’est autre que l’adaptation française de « Reach out, I’ll be there » des Four Tops) qu’aux classiques du rock anglais (« She’s not there » des Zombies) ou américain (« Trouble » d’Elvis Presley). Entouré d’un trio de musiciens (guitare, basse et batterie) absolument remarquable, les mêmes que l’on retrouve sur scène, la chanteuse, également guitariste, donne une nouvelle jeunesse à ces classiques, méconnaissables, et mus par une énergie contemporaine ne négligeant pas le swing et le groove. Ainsi, l’excellente impression laissée par le disque sera confirmée par le concert du 26 mars au Studio de l’Ermitage où l’aspect un peu forcé du chant sur disque sera atténué, pour le plus grand bien de la musique. En sus des titres ci-dessus mentionnés, la chanteuse, dotée d’un sens de l’humour ravageur, s’attaquera également à une version française de « Fever » (différente de celle de Marie France) ainsi qu’à Jimi Hendrix ! En résumé toutes les musiques que l’on aime dans la même soirée, cette dernière ne pouvait qu’être réussie !

https://terezmontcalm.net/

https://www.facebook.com/TerezMontcalm/


mardi 12 mars 2024

Gjenferd : « Starless »

 




Il est probable qu’en appuyant sur la touche play, l’auditeur ne s’attendait pas à ça… Tout droit venu de Norvège ce single de Gjenferd se pose là en termes d’odyssée musicale. Loin des codes imposés par l’industrie musicale la chanson dure sept minutes, soit largement le temps pour le groupe d’explorer toutes sortes de facettes de leur art. Ainsi après une intro marqué par le métal et le doom lancinant, le groupe s’échappe dans une longue dérive psychédélique, comme dans les 70s, où se croisent métal et blues, orgue acide et groovy à l’appui avant le coup de rein final. C’est du grand art !

https://www.facebook.com/gjenferdband




lundi 11 mars 2024

Monseigneur : « Nous ne vieillirons pas ensemble »



C’est dans la mince frontière séparant le psychédélisme (cf. les percussions en intro) au rock puissant chargé en guitare sous influence Led Zeppelin, que s’engouffre avec bonheur Monseigneur avec tout premier single. Le texte en français (c’est, hélas, suffisamment rare pour être souligné) rappelle le regretté Alain Bashung. S’il est difficile d’affirmer après un seul titre que nous tenons là la nouvelle pépite du rock français, notre curiosité est définitivement éveillée.

https://www.facebook.com/monseigneurmusic


vendredi 8 mars 2024

Maxwell Farrington & le SuperHomard : « Please, Wait... »

 


La collaboration entre l’hyperactif chanteur australien exilé et le musicien français avait fait des étincelles en 2021 avec un album de très haute tenue suivi d’un EP d’excellente facture sorti quelques mois plus tard ; deux sorties couronnées d’un succès critique sans appel. Autant dire que le duo était attendu au tournant avec ce deuxième album en commun. Loin d’évoluer dans les mêmes sphères, ce nouveau disque marque une évolution stylistique significative. Moins immédiat, moins facile d’accès, le duo délaisse la pop/folk primesautière des débuts pour une sorte de sophistication froide proche, dans l’esprit, de Scott Walker. Une évolution perceptible dans le chant de Maxwell Farrington, plus crooner que jamais. Pour le reste, le SuperHomard (Christophe Vaillant pour l'état civil) sort le grand jeu : piano, envolées de cordes, une pointe synthétique discrète de temps en temps, clavecin. La production est à n’en point douter classieuse (la merveilleuse « Postprandial Promenade » enluminée par la présence de la non moins merveilleuse Nadine Khouri) ; nous saluons la prise de risques tout en regrettant que les nouvelles compositions ne soient plus aussi euphorisantes.

En concert le 30/05 à La Maroquinerie

https://www.facebook.com/lesuperhomard/





jeudi 7 mars 2024

Nick Wheeldon & The Living Paintings : « Waiting for the piano to fall »

 


Adepte des expériences insolites, Nick Wheeldon, l’Anglais de Sheffield installé en France, nous invite une nouvelle fois à une sorte d’happening. Changer de costume est une habitude pour l’Anglais qui n’a de cesse de monter (ou de démonter) les groupes qui l’accompagne, et de travailler sur plusieurs albums en même temps. Ainsi les membres de la formation qui l’occupe en ce moment, The Living Paintings, ne s’étaient jamais rencontrés auparavant et, bien évidemment, n’avaient jamais joué ensemble. Le nom du groupe se révèle particulièrement bien trouvé. Car écouter l’album qui en découle, enregistré en direct en cinq jours, c’est un peu comme assister à un happening sonore. Une expérience en soi, du douloureux cri d’ouverture (« Stamping on Daffodils », Alex Chilton n’est pas bien loin) à la plus enlevée « Isaak » (excellente soit dit en passant). Chanteur et musicien caméléon, Nick Wheeldon est toujours à la recherche de la surprise, une manière de fuir le confort et la routine. Une recette gagnante tant ce nouvel effort regorge de pépites folk déconstruites sous les coups de butoir des musiciens, emportés par la folie du moment, telle une tempête emportant tout sur son passage. Excellent.

En concert solo le 8 mars à la Pointe Lafayette.

https://nickwheeldon.bandcamp.com/album/waiting-for-the-piano-to-fall-2

https://www.nickwheeldon.com/

https://www.facebook.com/NickWheeldonMusic

https://twitter.com/WheeldonNick





mercredi 6 mars 2024

Freddy Miller : « Just be yourself »

 


Naguère chanteur de feu Shake your hips ! Freddy Miller poursuit son parcours en solo avec ce nouvel effort. Sois toi-même nous indique le titre de ce nouvel effort, sorte de leitmotiv pour le chanteur venu du blues qui a choisi de se placer au confluent de plusieurs cultures pour ce projet solo. De blues il est bien évidemment question (cf. la deuxième piste tutélaire), mais le genre constitue plutôt une trame générale pour le projet qui ne s’interdit pas d’aller picorer ailleurs au gré des envies de la soul / rhythm’n’blues, cuivres rutilants à l’appui, aux riffs rock’n’roll de guitares surpuissantes. Autant d’idiomes que le chanteur s’approprie avec bonheur grâce à son grain de voix rauque et puissant, à l’aise dans tous les registres. Un très bel album produit avec soin et passion.

https://freddymiller.fr/

https://www.facebook.com/FreddyMillerBand





lundi 4 mars 2024

François Premiers : « Salamander Shuffle »

 


Il existe dans nos contrées un formidable groupe de rock’n’roll dont on parle relativement peu : François Premiers ! Manière de supergroupe havrais la formation s’articule autour de deux François, survivants des années 1980 : François Lebas (Fixed Up, Backsliders) et Frandol (Roadrunners) qui est justement l’auteur de cette nouvelle chanson. Relativement rare sur scène (du moins à Paris), le groupe l’est également sur disque ne sortant jusqu’à présent que des 45 tours. Le quatrième est prévu à la fin du mois et est, une nouvelle fois, une petite merveille de rock’n’roll aux effluves psychédéliques (ah cette mandoline électrique !) toute droit sortie des années 60.

https://poseurrecords.bandcamp.com/

https://www.facebook.com/FrancoisPremiers





jeudi 29 février 2024

Fomies : « Ominous Prominence »

 


Relativement méconnu, totalement inaperçu jusqu’ici sur nos radars, le groupe suisse Fomies sort son cinquième album. Et quel album ! Tout débute avec cette pochette, aussi sublime qu’inquiétante, une sorte d’évocation des griffes de la nuit. La chose se vérifie à l’écoute et se révèle aussi dangereuse que les mains du monstre représentées sur la pochette. En résumé, le groupe saisit l’auditeur à la gorge pour ne plus desserrer son étreinte létale. Tous les moyens sont bons, guitares saturées et furieuses, pédales fuzz endiablées, rythmique menée à fond la caisse. Non content d’assommer l’auditeur sous les décibels, le groupe porte le coup de grâce en nous hypnotisant totalement. Ainsi les merveilleuses « See » et « The Seeker » ajoutent une dimension répétitive psychédélique à tout le raffut punk et garage rock qui a précédé (et qui va suivre!) Et plus on avance dans l’écoute, plus il devient difficile d’y résister. Aussi bon que du King Gizzard and The Lizard Wizard ! Comment avait-on pu y échapper jusqu’alors ?

https://www.facebook.com/fomies/

https://fomies.bandcamp.com/album/ominous-prominence





mercredi 28 février 2024

Venus Worship : « Relapse »

 


A l’instar de tous ces groupes que nous chérîmes durant les années 1990, Venus Worship fait du boucan, beaucoup de boucan. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord, la guitare, certes omniprésente, n’est qu’un élément dans ce power trio où les instruments n’ont de cesse de se répondre les uns, les autres. Et c’est précisément à cet instant que les choses deviennent intéressantes, dans les changements brusques de direction que s’autorise le groupe (« So it’s war »). Des sorties de pistes, hors des sentiers balisés, qui font brusquement ressurgir les émotions, cachées sous la saturation des guitares, et qui sont également incarnées par le chant. A noter pour finir, le groupe est également très habile dans un contexte lancinant et moins saturé (« Relapse ») voire popisant (« Never give up » tube en puissance) qui fait ressortir à plein la dimension émotionnelle du trio. Prometteur et à confirmer sur le format long.

https://venusworship.bandcamp.com/album/relapse

https://www.facebook.com/people/Venus-Worship




mardi 27 février 2024

Kloé Lang : « Ce que la nuit »

 


Avec ce premier EP, Kloé Lang, également actrice et réalisatrice, s’inscrit dans une veine particulière. Celle d’une chanson française, respectueuse du passé, il est difficile de ne pas penser à Barbara à l’écoute de son élocution toute en émotions, mais également ouverte sur le présent. Classique mais pas rétro pour résumer. Electronique et organique à la fois, le disque (réalisé par Michael Wookey) déborde de trouvailles sonores, du jouet trafiqué au clavier vintage. Le tout plonge l’auditeur dans un entre-deux, pris par la mélancolie palpable des compositions tout autant que captivé par cette bulle nocturne et intime. « Aimez moi » proclame Kloé en conclusion de cet EP, difficile en effet de ne pas succomber.

En concert le 6 mars à La Manufacture Chanson

https://www.facebook.com/kloelang.music/

https://kloelang.bandcamp.com/

https://www.kloelang.com/





lundi 26 février 2024

LeanWolf : « Limbo »

 




Une attaque tranchante de guitares, son saturé et amplis dans le rouge, contrebalancée par de larges rasades d’orgue groove et soulful, non, vous n’êtes pas en train d’écouter le fabuleux « Southern Harmony and Musical Companion » des Black Crowes (1992) mais le nouvel EP de LeanWolf (aka Quentin Aubignac). Racé, sauvage et fort en bouche, le rock de LeanWolf réussit ainsi à investir un terrain plus nuancé et soul. L’orgue certes, mais le chant à s’arracher les cordes vocales sous le coup de l’émotion, cassure soul au fond de la gorge, et le groove de la guitare à la lisière du funk (« Frustration ») y sont aussi pour beaucoup. A cheval entre deux cultures, le blues, jamais franchement exprimé mais subtilement évoqué à plusieurs reprises, rode tout au long de ces six titres, y compris lorsque les watts sont en sourdine (cf. la ballade « Everybody needs a woman » , l'acoustique "The angels sing today" qui ponctue le disque). L’écoute de ce nouvel EP nous confirme cette vérité éternelle : les meilleurs groupes de rock ont toujours été ceux possédant le sens du groove…




dimanche 25 février 2024

Nat Myers : « Yellow Peril »

 


Nat Myers, jeune américano-coréen empoigne sa guitare folk et c’est parti comme en 40 ! Ou, plus précisément 1930, si on prend en compte les influences, du delta-blues au folk voire la country, qui habitent l’imaginaire du jeune homme. Guitare picking ou dobro, un simple kick-drum pour marquer le temps, banjo, mandoline, washboard et contrebasse, Nat Myers nous entraîne dans un sacré périple défiant le temps. Car si la forme reste volontairement rétro, c’est d’ailleurs là que réside tout le charme de l’album, dans cette intimité défiant le temps et les modes, le fond est animé de préoccupations tout ce qu’il y a de plus modernes. Ainsi, Nat Myers n’a de cesse de dénoncer ce péril jaune (« Yellow Peril ») qui a saisi le monde d’effroi lors de la pandémie de Covid et qui lui a fait prendre conscience de son appartenance à la communauté asiatique montrée du doigt et désignée responsable de la catastrophe. Une forme de racisme, ignorée jusqu’alors du chanteur, et qui le fait rejoindre en les grands bluesmen qui l’on inspiré (Robert Johnson, Skip James, Leadbelly et consorts). Un album de très haute tenue produit par Dan Auerbach, de plus en plus incontournable dans ce genre de productions raciniennes.

https://www.facebook.com/natmyersyall/




samedi 24 février 2024

Stella Burns : « Long walks in the dark »

 


En matière cinématographique, on appellerait ça un western spaghetti. Derrière le pseudonyme mystérieux de Stella Burns, se cache en réalité le musicien italien Gianluca Maria Sorace (un ex-Hollowblue) et son dernier album, une collection assez fantastique de ballades entre folk et western, c’est un peu l’Italie qui rêve des grands espaces étasuniens, c’est une poursuite à cheval filmée à Cinecittà. Une illusion est plus vraie que nature prête à transporter l’auditeur en plein désert. Ainsi, à de nombreuses occasions, l’album défriche des terrains autrefois chevauchés par Calexico, arpèges folk et trompette mexicaine (un autre genre de latinité) à l’appui (cf. « Amor », « Long walks in the dark »). A ces éléments, Stella Burns ajoute un sens de l’épique typiquement cinématographique (« Love and thunder » qui sonne comme une bande originale) et une noirceur générale assumée. De fait, des raisons de « marcher longtemps dans le noir », Stella Burns n’en a pas manqué ces dernières années. La camarde rode autour de ce disque, marqué par les disparitions des ses collaborateurs et amis Dan Fante (dont on entend la voix enregistrée, déchirante et comme venue d’outre-tombe, sur la prémonitoire « I want to be dust when I’m done »), de son ami musicien Franco Volpi et enfin du propre père de l’artiste. C’est pourtant sur une note d’espoir que l’album se termine avec « We cannot decide » écrite et enregistrée en quarantaine, alors que Stella Burns sortait de l’hôpital après avoir contracté la Covid. Enfin, comme toute bonne série B italienne qui se respecte, l’album compte son lot de guest stars anglo-saxonne, Ken Stringfellow (aperçu aux côtés de R.E.M.), Mick Harvey (que l’on ne présente plus) et Marianna D’ama (aux côtés de Timber Timbre en live). De la belle ouvrage.

https://stellaburns.bandcamp.com/

https://www.facebook.com/stellaburnssinger/

https://www.stellaburnslovesyou.com/




jeudi 22 février 2024

The Reed Conservation Society : « La société de préservation du roseau »

 


Attention, c’est un petit événement que tous les amateurs de pop attendaient, The Reed Conservation Society, sort son très attendu premier album ! « La société de préservation du roseau », titre miroir, traduction littérale du patronyme du groupe dans la langue de Molière, indiquant une évolution importante dans la trajectoire du duo composé de Stéphane Auzenet et Mathieu Blanc qui, pour la première fois, s’exprime en français, après une remarquable triplette d’EP chantés en anglais. Un pas important ajoutant une dimension nouvelle au groupe, certains textes abordant des thèmes assez sombres telle, « A cœur joie » qui ouvre les festivités en évoquant la violence conjugale derrière un vernis pop luxuriant. Et il s’agît là d’un aspect du groupe qui jusqu’alors nous avait toujours échappé. Pour le reste l’état d’ébaudissement qui saisit l’auditeur dès le premier titre dure finalement toute la durée de ce merveilleux album. Délicats arpèges de guitares (« Le Tamis », « Molly »), détours bienvenus vers la bossa-nova (« Aux rochers rouges ») et autres ambiances latines aux confins du western (« Pylônes ») ; TRCS mets les petits plats dans les grands pour envoûter l’auditeur et le charmer tel un serpent. Remarquablement produit et nourri aux influences de la meilleure eau pop, folk et psychédélique. Enfin, habitué aux collaborations avec de nombreuses chanteuses, TRCS nous a réservé une surprise de taille en invitant Emma Broughton (Blumi) et, surtout, Natacha Tertone (perdue de vue depuis la sortie de son unique album « Le grand déballage » en 2000, bientôt réédité soit dit en passant) sur deux titres qui signe ainsi son retour en grandes pompes avant de retrouver bientôt la scène. Tout juste se permettra-t-on de regretter l’absence de la merveilleuse « Sonoma », régulièrement jouée en concert, toujours inédite dans sa version studio, et mystérieusement absente ici. Un regret minime au regard du niveau atteint par le groupe, assurément devenu une des meilleures formations pop folk du moment.

En concert le 10 avril au Petit Bain

https://www.facebook.com/TRCSfrenchband/

https://thereedconservationsociety.bandcamp.com/album/la-soci-t-de-pr-servation-du-roseau-2




dimanche 18 février 2024

Leyla McCalla + Rihannon Giddens, Festival Sons d’Hiver, Maisons des Arts de Créteil, 10 février 2024.


Cette dernière soirée du festival s’inscrit sous le signe des retrouvailles au sommet, celles de Leyla McCalla et de Rihannon Giddens, toutes deux ex-membres Carolina Chocolate Drops et réunies le temps de ce plateau superbement pensé par l’équipe, de quoi nous consoler de la suppression (provisoire?) de l’habituel concert du vendredi en ce même lieu. Une seule soirée au lieu de deux, les temps sont durs…

Leyla McCalla, donc. Née à New-York, d’origine haïtienne et installée depuis quelques années à la Nouvelle-Orléans, la chanteuse a depuis entamé une exploration de la créolité sous toutes ses formes et tente de trouver des points de convergences entre la tradition musicale cajun (typique de New Orleans) et la musique haïtienne. En creux, c’est aussi une éloge de la francophonie, tous les participants faisant l’effort de s’exprimer dans la langue de Molière. En l’espèce, la violoncelliste et banjoïste s’est entouré de quatre musiciens, Louis Michot (chant, violon), l’immense accordéoniste Cory Ledet (spécialiste du zydeco) et deux percussionnistes haïtiens : Claude Saturne et Kebyesou. Une sorte de grand écart s’effectue alors devant nos yeux ébahis entre le violon (fiddle) et l’accordéon, tenants d’une tradition proche de la country et les percussions d’obédience plutôt africaine, pas très éloignées de la transe. Tout ce beau petit monde ainsi réuni réussit à jouer ensemble, confortant l’adage selon lequel la musique n’a pas de frontière. Un très beau moment.

La venue de Rihannon Giddens quant à elle fait figure d’événement immanquable tant la chanteuse (elle aussi également banjoïste) se fait rare sur scène de ce côté-ce de l’Atlantique. Un changement d’ambiance se fait immédiatement sentir dès les premières notes de la contrebasse, la puissance du groupe au grand complet (dans lequel on reconnaît Attis Clopton, l’ancien batteur d’Eli « Paperboy » Reed and The True Loves), guitares électriques et claviers, enveloppe immédiatement l’auditeur, en opposition à l’intimité ressentie lors de la première partie. Pieds nus sur son petit tapis de sol, la chanteuse dégage une puissance vocale phénoménale débordant d’émotions, idoine pour incarner ce subtile mélange de blues, soul et jazz teinté de folk traditionnel, incarné par le banjo. Enfin, nous avons vécu un grand moment d’émotion lorsque Leyla McCalla a rejoint sur scène (par deux fois) son ancienne compagne de jeu, comme le dit Rhiannon Giddens : « We go way back » (nous deux, ça remonte à loin). Une très très belle soirée. A l’année prochaine !



samedi 10 février 2024

Johnny Montreuil : « Zanzibar »

 


Ne boudons pas notre plaisir, l’inénarrable Johnny Montreuil le narvalo est de retour avec un troisième album ! Nous aimons Johnny pour plusieurs raisons. Tout d’abord parce qu’il est l’un des seul, en France, à s’inscrire dans un registre de rock’n’roll très pur aux extensions nombreuses, du blues au honky-tonk, voire à la surf music, toutes situées dans un périmètre très marqué par les années 1950 et parfaitement reproduites ici dans un geste musical de grande classe : c’est à dire toutes guitares dehors (« Ses Amours »), harmonica et contrebasse. Mais, comme son nom d’artiste le laisse supposer, Johnny n’est pas un imitateur et tient à apporter sa touche personnelle à ces styles musicaux très codifiés en s’exprimant en français. Ainsi la musique de Johnny Montreuil est située dans un périmètre très précis à la lisière du périphérique. Gouailleur, argot à l’appui, personne n’a chanté la banlieue aussi bien que lui depuis le Renaud des débuts. A la différence près que lui n’a, jusqu’à preuve du contraire, jamais cédé à la tentation de la variété. Enfin, comme un gamin de banlieue rêvant à un ailleurs loin du béton, Johnny parsème ses chansons d’effluves exotiques du meilleur effet rêvant de musique hawaïenne (« Vers les îles ») ou clôturant son album avec une longue dérive quasi-psychédélique (une nouveauté) aux accent orientaux (« Les goémons » sept minutes, de loin le titre le plus long de l’album). Comme d’habitude, un album de très haute tenue, excellent de bout en bout, qui possède le très grand mérite de transporter l’auditeur dans l’univers personnel de l’artiste.

En concert le 17 février à La Maroquinerie

https://johnnymontreuil.com/

https://www.facebook.com/johnnymontreuil





jeudi 8 février 2024

Daren Muti : « Ten Songs »

 


Si Daren Muti sort son premier long, après un EP inaugural en 2020, Jean-Rémy Papleux, tête pensante du projet, est loin d’être un débutant, actif depuis la fin des années 1990 dans diverses formations (March, Marnitude). Un musicien expérimenté donc. Ce qui explique très probablement la très grande maîtrise affichée ici. Derrière la batterie ou la guitare, Daren Muti, peint (mot utilisé à dessein car il est également l’auteur de la sublime toile ornant la couverture) en dix chansons un tableau ténébreux. Le tempo est alangui, la guitare dessine des lignes sombres sublimées par des nappes synthétiques oppressantes. Et pourtant c’est une forme de douceur, surlignée par le chant délicat de Jean-Rémy, qui se dégage de l’ensemble. C’est à une forme de folk-rock annonciatrice de la tempête que nous invite le disque. Car c’est en apparence seulement que tout paraît calme. L’orage gronde derrière chaque composition, la tempête approche…

Sortie le 1er mars

En concert le 14 février au Supersonic

https://darenmuti.com/

https://www.facebook.com/darenmuti/





mercredi 7 février 2024

Sarah Jeanne Ziegler : « Le Ciel n’en finit pas »

 


Un temps exilée au Canada avant de revenir dans son Paris natal, Sarah Jeanne Ziegler conçoit ce nouvel EP comme un trait d’union entre les différentes cultures qui vivent en elle. La base en serait le folk et la guitare acoustique qui en constitue la pierre angulaire. Mais le parti pris de production plus moderne, l’ajout des boîtes à rythmes entre autres effet fait évoluer la musique vers de rivages plus pop (cf. « Loup Garou » qui résume parfaitement la démarche). Enfin à cet univers anglo-saxon, Sarah ajoute sa touche personnelle, le français. La trinité folk, pop et chanson ainsi complétée offre un court moment d’écoute (6 titres) charmant et apaisé.

https://www.sarahjeanneziegler.com/

https://www.facebook.com/sarahjeannemusic/




mardi 6 février 2024

Gabi Hartmann : « Little Songlines »

 


L’heure de l’entre-deux est venue pour la chanteuse, toujours portée par l’immense succès de son premier album éponyme sorti il y a un an, sous la forme d’un EP inédit de cinq titres. Un moyen de patienter, avant la sortie d’un nouveau long format, et aussi un retour aux premières amours de la chanteuse, qui s’était déjà fait remarquer en 2021 avec un premier mini album. Petites chansons, nous indique le titre. Un adjectif qui induit en erreur tant celui d’« intime » nous paraît plus indiqué. En effet, sur ce nouvel EP, le jazz de Gabi se part d’atours acoustiques. A mi-chemin du folk et du jazz, Gabi nous entoure d’une bulle de douceur, courte mais bienvenue. Tout dans ce disque nous invite au relâchement, à l’abandon, porté par les arpèges délicats et la voix charmeuse, de gorge assez grave et pourtant empreinte de délicatesse, de Gabi, qui alterne les langues avec aplomb. Le contexte dépouillé sied particulièrement bien à la chanteuse et permet de mettre en valeur ses qualités vocales avec lesquelles il est difficile, avouons-le, de ne pas tomber en amour.

https://www.facebook.com/gabihartmannmusic/

https://www.gabihartmannmusic.com/





lundi 5 février 2024

Olivier Rocabois et son Orchestre, Médiathèque Violette Leduc, 3 février 2024.

Samedi après-midi, la Médiathèque Violette Leduc accueillait un moment exceptionnel, le retour sur scène du grand maître ès pop baroque, Olivier Rocabois et son orchestre. Exceptionnel ce moment le fut à plusieurs titres. Déjà parce qu’il nous a permis de découvrir, plusieurs mois avant la sortie de son prochain album, ses nouvelles compositions qui voient le musicien se renouveler, avec une ambition musicale jamais démentie, tout en restant fidèle à ses passions premières. Ensuite, parce passer un moment avec des musiciens d’un tel niveau, le pianiste virtuose Jan Stümke entre autres, dans un cadre aussi intime que celui-ci, est toujours la promesse d’un moment grandiose, énergie, mélodie et humour des différents protagonistes en sus. Quel plaisir enfin de retrouver la magnificence psychédélique (ah cette guitare électrique!), folk et baroque, de « Arise Sir Richard », « Watch the seasons come and go », « Sound of the waves » ou le bijou caché « Over the moon » jouée sur scène depuis longtemps mais que l’on va découvrir sur disque pour la toute première fois, toutes plus british que nature. Vivement la suite !

https://www.facebook.com/ALLIFMUSIC/


GYASI : « Pronounced Jah See »

 


Instantanément, alors que s’écoulent les premières notes et les guitares saturées, Gyasi nous transporte dans le temps. Les années glam, les années 1970 défilent devant nos oreilles ébahies, entre la flamboyance de David Bowie et le boogie saturé de T-Rex. A ceci près que notre héros du jour est américain et que, à ces influences typiquement britanniques, Gyasi injecte une bonne dose de rock’n’roll étasunien. Et c’est parti pour un cocktail de guitares saturées et graisseuses à souhait (dont le son est recherché et véritablement travaillé) et une bonne dose de blues, harmonica rageur ici (« Tongue Tide »), bottelneck là (« Androgyne ») et des cuivres pêchus pour dynamiter le tout (« Black Strap »). Vous vous rappeler la béatitude, la jubilation provoquée par l’écoute de ces bons vieux albums de rock des années 1970 ? Cheap Trick, James Gang ou Big Star ? Et bien Gyasi c’est pareil, et bien plus encore, ici et maintenant.

En concert le 7 février à La Maroquinerie (Les Nuits de l’Alligator)

https://gyasimusic.com/

https://www.facebook.com/gyasitheband/




dimanche 4 février 2024

Thomas Kahn, La Maroquinerie, 2 février 2024.

Le concert du soir vient clôturer une séquence un peu folle pour le chanteur, surnommé le petit prince de la soul, porté par le succès de son album « This is real », que l’on peut (re)découvrir dans une version deluxe depuis quelques jours. Un succès non démenti par une Maroquinerie pleine comme un œuf, après un New Morning déjà complet et un passage par Taratata ! Les petits plats ont été mis dans les grands pour cette soirée de nombreux guests, JP Bimeni, la sublime chanteuse Annie Lalalove, ou la légendaire China Moses pour un double hommage aux regrettés Charles Bradley et Sharon Jones. Une volonté affirmée du chanteur d’écrire son chapitre personnel dans le grand livre de la soul, parsemant le concert de nombreuses reprises de classiques des Temptations (« My Girl ») à Otis Redding (« Satisfaction » elle-même chipée chez les Rolling Stones). Pour se faire, le chanteur est entouré d’un groupe taille XL, trois cuivres, claviers, guitare, basse et clavier, et de très haut niveau. Au final deux heures et demie de show de très haute tenue où le chanteur n’a pas ménagé sa peine (quitte à surjouer un peu par moment, il s’agît là du seul petit bémol), porté par un groove sans faille, entre émotion dans les moments les plus intimes (un petit passage par la fosse qui restera dans les annales) et déflagration électrique de la guitare flirtant avec le rock sur la fin. Voici le genre de concert dont on repart avec le sourire !

https://www.facebook.com/thomaskahnofficiel/

http://thomas-kahn.com/




jeudi 1 février 2024

Gypsy Mitchell + Muddy Gurdy, Festival Les Nuits de l’Alligator, La Maroquinerie, 31 janvier 2024.

Amateur depuis toujours du petit grain de sable qui fait sortir la musique des sentiers battus, comme par exemple le saxophone chez Morphine, le piano chez Ben Folds Five ou Jim Jones Revue, les cornemuses des Dropkick Murphys et autres banjos de Gliz ou sousaphone de Delgres, nous nous étions pris de passion pour les deux albums de Muddy Gurdy et son blues à la vielle à roue. Les vicissitudes de l’existence nous avaient fait rater le précédent passage du groupe en ce lieu, pour le compte du même festival, tout comme le concert du groupe au Triton des Lilas à l’occasion d’une soirée Soul Bag. Le décès inattendu du batteur, et fondateur du groupe, Marc Glomeau, survenu l’an dernier, nous avait laissé un temps supposer que la chance était définitivement passée. Aussi, c’est avec une joie et un bonheur non feint, que nous sommes avant tout heureux de constater que Tia Gouttebel (chant, guitare) et Gilles Chabenat (vielle à roue) ont décidé de continuer l’aventure du groupe avec un nouveau compagnon de jeu, le batteur Fabrice Bony. Un nouvel album est même prévu pour le printemps prochain ! En attendant, le groupe retrouve la scène de la Maroquinerie pour son blues atypique. Muddy Gurdy, c’est le genre de groupe qui impose le respect tant il réussit l’impossible à savoir respecter la tradition tout autant qu’il la transgresse. Ce fameux petit grain de sable qui fait dérailler la machine prend ici la forme d’une vielle à roue, instrument antique et ancêtre du violon dont il reprend en partie les sonorités. Une sorte de stridence qui, mêlée aux guitares chargées d’effets, du bottelneck à la pédale wha-wha, de Tia (merveilleuse chanteuse à la voix de gorge par ailleurs) crée une toile autant fascinante qu’hypnotique. Magique ! Du grand art !

Dans le registre pointu, Gypsy Mitchell se pose là. Même les sites spécialisés, Allmusic et Discogs, n’ont aucune information sur l’artiste qui, a 70 ans environ, débute une carrière solo dont la discographie se limite pour l’instant à un unique 45 tours. Cependant, un album serait en préparation et sortira dans le courant de l’année. En attendant, Gypsy Mitchell se rode sur scène sur laquelle il débarque sapé comme un mac tout droit sorti d’un film blaxploitation réalisé par Michael Campus (The Mack, 1973). Chargée en guitares, la musique de Gypsy Mitchell s’impose comme un mix parfait entre blues et soul entre passage éthérés et brusques montées en groove de la batterie et des guitares. Sur scène Gypsy fait le show, émule Jimi Hendrix, solo avec les dents et guitare derrière la nuque au milieu de la fosse (une manœuvre dangereuse qui a failli assommer plusieurs spectateurs) ou évoque avec une émotion non feinte la disparition de son fils à la fin des années 90. L’ensemble rappelle les concerts des regrettés vétérans, vus en ces lieux même, Nathaniel Mayer, Leo Bud Welch ou Charles Bradley, tenants d’une soul blues à l’ancienne, dont Gypsy Mitchell s’apprête à prendre la succession avec brio.

https://muddygurdy.com/

https://www.facebook.com/muddygurdy/





lundi 29 janvier 2024

Marc Verwaerde : « A better man »

 


Résolument pop, le nouvel EP de Marc Verwaerde (5 titres) parle de renaissance. Un sentiment de nouveau départ bien connu de l’artiste, né à Lyon et ayant vécu en Angleterre, Espagne et au Brésil, et a du, à chaque fois, repartir de zéro dans un nouveau pays. Cette renaissance que l’artiste appelle de ses vœux prends ici la forme de mélodies pop lumineuses agrémentées de subtiles touches synthétiques (« If I were you »), de guitares délicatement arpégées (« I love you » ; « Words ») voire de cuivres doux (« The Long Shot »). Si l’artiste a beaucoup voyagé, son cœur musical reste attaché à la pop anglaise voire au folk étasunien typé James Taylor (« Words »). Autant d’idiomes qu’il a su faire sien le long de cet EP produit et arrangé avec le plus grand soin. La pochette urbex est également superbe.

https://www.facebook.com/VerwaerdeMarc/