mardi 24 juillet 2012

BSMS + The Black Lips, Le Trabendo, 24 juillet 2012.

Et pourtant cela avait plutôt bien commencé… Dans la foulée de leur excellent album « Arabia Mountain », sorti en fin d’année dernière, les Black Lips sont venus nous rendre visite hier soir pour une prestation bien décevante, c’est le moins que l’on puisse dire. Pas en place, balbutiant son rock psychédélique, le groupe patauge et donne l’impression de ne pas maîtriser grand-chose (incapable par exemple d’enchaîner deux titres, ou d’assurer un seul morceau sans flottements au milieu), il émane de tout cela une désagréable impression de dilettantisme (il ne faut pas croire ça me brise le cœur de dire ça)… Encore renforcée par un son assez moyen. Pas de quoi cependant refroidir une assistance qui pogote à tout va et qui donne bien des soucis aux agents de la sécurité (réaction sympa du groupe : arrêtez de frapper nos fans !). La situation ne fait qu’empirer alors que la soirée s’avance et sombre dans le chaos, des rouleaux de papier toilette volent au-dessus des têtes, des ballons de baudruche à l’effigie du groupe explosent les uns après les autres. Et ça slame à tout va. Et puis soudain c’est le chaos total, la scène est envahie par le public. Comprendre que la moitié de la fosse c’est d’un seul coup retrouvé sur scène interrompant le groupe en plein morceau. Seul le batteur continue coûte que coûte à battre la mesure tout en assurant les backing vocals. Grand moment de solitude. Le chanteur à un mouvement de panique quand il voit sa basse (une Hofner violon façon Paul Mc Cartney) partir emportée par la foule. Le micro se balade alors dans le public, réactions saisies au hasard (Caro je te trouves plus, t’es où ?). Mort de rire. Si l’on se plaint souvent (et à juste titre d’ailleurs) des performances calculées à la seconde sans aucune place pour l’imagination (cf. John Fogerty) les Black Lips sont eux dans l’excès inverse. Bref, le calme revenu, les Black Lips reviennent sur scène pour deux petits titres. Bilan final, à peine une heure de concert et pas de rappel, franchement léger pour un groupe à la discographie fournie (sept albums tout de même). 22 euros la place hum hum… Une soirée bien triste dans le fond… On va quand même finir avec un point positif la première partie assurée par le trio français BSMS, excellent mélange de blues psychédélique servi par un guitariste très doué. Voilà des musiciens qui peuvent sortir la tête haute de ce fiasco… 

4 commentaires:

Alex Twist a dit…

Je suis quand même surpris de cette "review"

les Black Lips sont connus pour leurs concerts bordéliques et c'est précisément pour ça que les gens adorent y aller
la stage invasion sur bad kids est un passage obligé, et devenu presque une sorte de tradition

moi j'ai trouvé la performance plutôt cool, le son plutôt bon (j'avais peur qu'il soit bien pire dans cette salle) et pour l'ambiance c'était conforme à ce que l'on peut attendre d'un concert des Black Lips

pour ma part j'ai bien rigolé et j'ai passé un bon moment!

Laurent a dit…

D'accord avec Alex... Les BL font, c'est leur marque de fabrique, des concerts bordéliques (et pourtant il y a un coté très organisé dans ce désordre).

Juste d'accord avec le coté un peu court du show (ça m'avait semblé un peu plus long à la maroc').

Sinon, le son était très bon, je vois rien à lui rapprocher. Que lui reproches-tu ?

My Head is a Jukebox a dit…

La stage invasion j'ai trouvé ça rigolo. C'est même mieux quand tu dois écrire après, ça te fait des trucs à raconter. Mais ce qui me gêne un peu c'est que tu est finalement tout le temps distrait. Tu regardes ce qui se passe dans le public, les trucs qui te volent au dessus de la tête et finalement tu n'est plus dans le concert. Tu ne n'écoutes plus. Et pour moi qui place la musique au dessus de tout, je trouve ça un peu dommage. Mais bon voilà ce n'est que mon avis. Et puis franchement les BL ils m'ont énervé à couper les chansons au milieu, ces longs passages où ça flotte. Bon j'ai peut être été un peu sévère, j'avoue...

Laurent a dit…

Je reviens sur le sujet (2 semaines plus tard), juste parce que je viens de me faire une remarque.

Le gros intérêt au bordel d'un concert des BL, c'est qu'à aucun moment il n'est possible de prendre des photos avec un appareil au risque de le perdre. Résultat : enfin un concert sans trop de crétin devant toi qui te colle leur téléphone portable devant les yeux.

J'adore !