dimanche 11 janvier 2009

Karl Bang + Misty Socks + Pamela Hute l'international, 10 janvier 2009.

Mes partenaires dans le crime habituels ayant déclarés forfait, décimés par le froid, c’est donc seul et le bonnet vissé sur le crâne que j’ai du affronter les -5 °C de rigueur cet hiver pour rejoindre l’international, un nouveau bar qui vient de s’ouvrir du côté de Ménilmontant, ou avait lieu ce premier concert de la saison 2009. Et franchement, je n’ai pas eu à le regretter car on a passé une chouette soirée rock, idéale pour se réchauffer…

Et ce fut donc le duo Karl Bang qui a eu l’honneur d’écrire le premier chapitre de cette nouvelle histoire. Duo new-wave, guitare et synthé vintage, Karl Bang, nous a fait voyager dans le temps, retrouvant le son des années 80. Leur musique est plutôt synthétique mais une guitare assez tranchante se charge de contrebalancer tout ça. Ils ont fait un tabac avec leur titre « I’ve killed disco », une résolution de bon aloi pour cette nouvelle année.

Vint ensuite la grande révélation du soir, le choc même, avec le trio angevin Misty Socks. Ayant déjà eu la chance d’écouter leur démo de quatre titres, que j’avais beaucoup aimé, j’étais assez impatient de les découvrir sur scène. Grosse surprise, c’est une bande de gamins, âgés d’à peine 19 ans. Petit calcul rapide 2009-19 = 1990 ; conclusion, ils étaient encore bébés quand Nirvana a sorti l’album Nevermind (en 1991) ! Et oui, je sais, il y a des évidences comme ça, qui font mal ! Cependant, la valeur n’attend pas le nombre des années et les chaussettes d’Angers ont assurés comme des vrais pros. Trio rock (basse, guitare, batterie), les Misty Socks jouent une musique simple mais oh combien efficace s’appuyant sur des riffs de guitare immédiatement mémorisables, de véritables hooks mélodiques. C’est frais, juvénile, entraînant en gros c’est ce pourquoi on aime le rock n’roll. Ca me rappelle un peu la scène noise/grunge des années 90 ; la bassiste et le guitariste ont de belles voix qui se marient avec bonheur ce qui ne gâche rien à l’affaire. C’est une bande de gosse qui s’amuse, prend du plaisir à jouer ensemble, ça se voit (le guitariste a un jeu de jambes assez expansif) et du coup le public apprécie, bonne ovation largement méritée.

La soirée était alors bien entamée, sur de bons rails, quand j’ai retrouvé ma chère Pamela Hute que j’avais un peu perdu de vue ces derniers temps. L’avantage, ne l’ayant pas vu depuis longtemps, c’est que j’ai pris d’autant plus de plaisir à les retrouver. La set list a beaucoup évolué depuis la dernière fois et il y a pas mal de chansons que je ne connaissais pas. Cependant, quelques traditions n’ont pas bougé : Pam a une nouvelle guitare fender vintage (cachottière, je suis jaloux !) et « Identical » ouvre toujours le set. Il est amusant de constater que la musique de Pamela évolue avec le temps « Identical » (déjà présente sur la première démo de la miss en 2005) et « My Dear » ont de nouveaux arrangements assez éloignés des versions originales. Une autre nouveauté le batteur Ernest a allégé son kit et n’utilise plus qu’une caisse claire, une grosse caisse, un tome basse, la charley et une cymbale crash. Dernier détail : la grosse caisse est désormais ornée d’un mini-Elvis en plastique qui jouera un rôle crucial lors de la soirée (on y reviendra plus tard). Ernest joue également beaucoup plus en rim-shot, utilisant le rebord en métal de la caisse claire, obtenant un son à la Strokes. Le groupe a maintenant bien trouvé ses marques en trio et Igor remplace bien la basse aux claviers. Tout cela est de bonne augure et m’a ouvert l’appétit, je suis dorénavant très impatient de découvrir le premier album de Pamela, encore un peu de patience, l’enregistrement est terminé. Il me semble que le trio est bien installé et a un public fidèle qui a beaucoup apprécié leur concert et n’hésite pas à claquer des doigts en rythme sur « Parachute ». Et c’est sur ces entrefaites que c’est produit ce qu’il convient d’appeler « l’affaire Elvis ». Le coupable s’appelle Ernest (le batteur) et s’est emparé de son Elvis en plastique, laquelle miniature a une forme de crucifix, et a commencé, tel un prédicateur rock, a bénir la foule en sermonnant dans son micro : « The King is alive, The King is alive »… C’était assez drôle et comme en plus mes chansons préférées « parachute » et « my dear » ont été jouées, c’était une soirée parfaite.

Et maintenant voici le premier clip de Pamela Hute "Hysterical" qui va bientôt entrer en rotation sur la playlist de MTV PULSE.

PAMELA HUTE - Hysterical (Official)
envoyé par pamelahute

3 commentaires:

saab a dit…

Salut Régis,
Là où j'habite en soirée il a fait jusqu'à -16 degré alors je ne te dis pas ! Pendant une semaine je suis à peine sortie, les routes étaient verglacées, cela a été un enfer mais aujourd'hui on annonc eun redoux, je n'attends que cela ;-)
Le concert auquel tu as assisté me semble très cool, contente que t'aies pu passer une bonne soirée !

My Head is a Jukebox a dit…

Ben dis donc ! Nous le pire qu'on est eu c'est -10°C, il fait encore bien frais mais il fait quand même plus doux. J'ai eu des nouvelles du Québec, c'est encore pire : -28°C !

Clementine a dit…

Bonsoir Régis,
Merci pour cette chouette "chronique", ça nous encourage pour notre récidive de samedi prochain ! (en première partie de Smooth @ divan du monde, damned)

Come on and shake your body tonight ;)
MistyClémentine*